Mon blog

Chronique littéraire

Reaper (Tome 2, Vicious Of Silence)

Amélie C. Astier – 24 Octobre 2021 – Autoedition

De la haine à l’amour… 

THÈMES ABORDÉS : Biker – Maladie – Gang de motards – Romance – Prostitution – Drogue – Addiction – Amitié – Famille – Violence.

RÉSUMÉ : Reaper King est le Vice-Président des Vicious of Silence.

Le biker possède un tempérament mystérieux et un passé des plus complexes. Depuis des années, il cache un terrible secret aux membres de son club. S’ils le découvrent, Reap risque d’y laisser son patch et probablement sa vie. Alors qu’un nouvel ennemi puissant les menace, le VP n’a pas le droit à l’erreur s’il veut aider ses proches.

Salem Harps est « l’héritière » de deux grands MC. Si elle a choisi une autre voie loin des responsabilités familiales, les vices du milieu l’ont malheureusement rattrapé et Salem se retrouve avec de sérieux problèmes à régler.

Et on peut dire que le hasard fait bien les choses.

Ennemis de toujours, c’est l’avenir du club des Vicious qui va obliger Reaper et Salem à devenir alliés. Ensemble, pour se protéger, protéger leurs secrets et ceux qu’ils aiment, ce duo improbable va devoir flirter avec leurs propres règles et les dangers d’un monde qui souhaite les éliminer.

LES + : Plume – Histoire – Sujet – Duo – Personnage.
LES – :

MON AVIS : 4,5/5

Je remercie l’auteure pour sa confiance et l’envoi de ce Service Presse pour ce partenariat occasionnel. 

Les Vicious of Silence sont en danger et Reaper va affronter les dangers de son passé pour sauver son club. Salem est au plus bas. L’addiction la consume et elle a besoin d’aide. Quand celle-ci vient de son ennemi juré, jamais elle aurait cru cela possible. Un accord, un road trip, nos deux héros vont comprendre le proverbe : de la haine à l’amour, il n’y a qu’un pas. 

L’épilogue précédent nous mettait en haleine et retrouver ce duo est un énorme plaisir. Reaper est un personnage qui s’est implanté dans mon coeur très rapidement. C’est un biker, sans foi ni loi. Il essaye de rester dans le rang, mais son éducation violente et machiste est des fois difficile à rogner. Pour autant, c’est un homme fidèle, dévoué à ceux qui comptent et je ne m’attendais pas à être autant sous le charme. 

Salem est aussi une belle surprise. Moi qui suis souvent en dent de scie avec les héroïnes, j’ai aimé celle-ci : son histoire, son passé et sa force de caractère. C’est une survivante quoi qu’on en pense et elle est une pépite. 

Un duo formidable. C’est vraiment cette partie qui m’a plu. L’évolution de leurs relations. Eux qui se détestaient, comprendre pourquoi et comment se profile leur avenir est juste divin. La force de leur attachement puis de leur amour, toujours dans le questionnement et la crainte fut un très bon moment et je sens que je vais aimer garder un oeil sur eux. 

Mais ce n’est pas qu’une romance. Cette partie est infime par rapport à toute l’histoire. Nous sommes vraiment dans le monde des bikers et les portes qui s’ouvrent ressemblent aux enfers. Pour toutes celles qui rêvent d’appartenir à un club de motards, vous allez vite être dissuadé et j’ai aimé que l’auteure choisisse de nous montrer cet aspect plus violent, plus crédible. 

Puis le sujet de la maladie, de l’addiction. Ça nous brise le coeur. Les prémices, les causes et les conséquences. C’est si rapide et si dévastateur. J’ai un petit bémol, c’est que le côté sevrage a l’air un peu simple. Le retournement de situation fut inattendu, mais une bonne surprise. 

Ce fut si addictif, les pages se sont tournées toutes seules et j’ai passé un très bon moment. J’aime cette auteure, malgré la crainte de souffrir. J’ai aimé retrouver tout le gang ainsi que leur entourage. J’ai encore plus aimé ce road trip. Et cet épilogue ? Franchement, impossible de savoir ce que nous réserve Amélie par la suite, mais je serais au rendez-vous ! 

Alors sans surprise, je vous recommande ce roman, cette saga et que dis-je, cette auteure.

MOMENT FORT :

Le road Trip !

EXTRAIT :

« — Alors, pourquoi on ne s’aime pas ? j’insiste.

Salem soupire en m’enlaçant.

— Parce que c’est plus simple.

— Plus simple que ?

— Plus simple que de s’aimer, murmure-t-elle. »


« — Tu es belle même quand tu ressembles à une furie.

Ses mots me touchent parce que je sais que ce n’est pas qu’une simple formule de politesse. Reaper les pense vraiment. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Découvrez d’autres livres du même thème!