Mon blog

Chronique littéraire

Les Garçons de Calabre

Mayday MC – 21 Juin 2021 – Autoédition

Une évidence

THÈMES ABORDÉS : Voyage – Contemporain – Acceptation de soi – Romance MM – Famille – Addiction – Amitié – Passé difficile.

RÉSUMÉ : Chaque année, Alessio quitte sa vie à Milan pour passer les vacances d’été dans un village de Calabre et y retrouver Tino. Ensemble, ils ont cumulé les bêtises et les fous rires depuis leur plus tendre enfance, tant et si bien que l’adolescence a vu naître entre eux une attirance qu’il aurait été difficile d’ignorer.

Alors chaque année, Tino attend leurs retrouvailles comme une bouffée d’air dans un quotidien qui l’étouffe. Ado remuant, enfant non désiré, Tino peine à trouver son équilibre ; il enchaîne les erreurs, étourdi par des sentiments qu’il n’est pas certain de pouvoir assumer.

Mais peu à peu, cette pause qui lui semblait hors du temps ne parvient plus à combler toutes les fissures qui menacent de le briser.

L’enfer de Tino n’est autre que lui-même et Alessio l’a bien compris.

Tant pis si l’amour qu’il lui porte n’est pas un remède suffisant, Alessio ne laissera pas Tino sombrer.

Aura-t-il seulement la force de se battre pour deux ?

LES + : Plume – Histoire.

LES – :

MON AVIS : 5/5

Je remercie fortement Mayday pour sa confiance et l’envoi de ce Service Presse !

Vous le savez, j’ai une affection particulière pour l’auteure, en tant que personne et pour sa plume. J’aime découvrir chacun de ses titres. C’est toujours fort en émotions et ce titre ne déroge pas à la règle. Le coup de cœur est là pour cette sublime histoire.

Alessio et Tino sont amis depuis tellement d’années. Le deuxième vit en Calabre dans un petit village où les commérages vont bon train et où il déteste sa famille. Le premier n’est là que pour les vacances. Mais il n’y a pas qu’une forte amitié entre eux. Entre interdits, addiction et amour, les deux garçons auront besoin l’un de l’autre pour survivre.

Je suis toujours époustouflée par ce que m’offre l’auteure. Mon coeur s’est brisé, mon sourire a conquis mon visage quand ce n’était pas les larmes qui coulaient dessus. C’est brut, c’est fort, c’est vrai et c’est ce que j’aime chez elle.

Alessio est le garçon fidèle, loyal, gentil. Il donnerait tout pour son meilleur ami. Et quand leur relation va évoluer, c’est ce qu’il fera quitte à se perdre un peu. C’est difficile de suivre ses pensées. Il nous prouve son amour, j’ai tellement d’empathie pour ce garçon qui jusqu’au bout aura cru en eux.

Tino souffre et avec une telle famille, c’est compréhensible. Puis il n’a jamais quitté ce village. La peur du jugement est forte et les démons trop forts. On a envie d’être à ses côtés. De le secouer, de l’entourer. Il est entier et son combat est difficile.

Une bonne partie de la lecture se passe à une époque où être homosexuel est encore interdit, encore vu comme quelque chose de mal. Et c’est douloureux de voir ce que cela entraîne chez nos héros. Cette relation sera difficile voire perdue d’avance. Pourtant, les garçons prouveront que lorsque l’on est amoureux, à deux, on peut tout surmonter.

Un couple dominé par les peurs et les craintes de chacun. Un couple compliqué rongé par le manque de communication et les montagnes russes. Un couple sublime par la force de leur sentiment et de leur détermination.

Une romance qui m’aura touché. Un titre qui restera en tête. Une très belle lecture coup de cœur que je recommande fortement ! Un sujet traité avec réalité, un genre bien développé, un roman à lire !

MOMENT FORT :

L’enterrement du grand-père de Tino.

EXTRAIT :

« L’italien, il n’y a pas de plus belle langue au monde. C’est un peu narcissique, mais tant pis, c’est ce qu’il pense. Et si un jour il doit déclarer sa flamme à quelqu’un, il ne lui écrira pas une chanson en anglais ou en français comme les chanteurs qui passent à la radio, non. Plutôt des lettres en italien. »


« — Tu es tout, murmure Tino autant pour lui-même que pour Alessio. Tu es mon tout à moi. T’as pas idée comme tu me rends dingue. Des fois je te déteste, et d’autres je pourrais crever pour toi.

— Je préférerais que tu ne crèves pas, quand même. »

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez d’autres livres du même thème!