Mon blog

Chronique littéraire

L‘amour c’est comme les emmerdes ça n’arrive jamais au bon moment

Charly Reinhardt – 11 Mars – Mix Editions

Mes amis, mes amours, mes emmerdes

THÈMES ABORDÉS : Romance MM – Famille – Travail – Amitié – Deuil – Passé difficile.

RÉSUMÉ : L’existence de Thibault est bien compliquée depuis la mort de son père. Il lui a fallu composer avec son licenciement, sa rupture… sans compter la peine de sa mère, Astrid, que son joli monde de lutins et de fées n’a pas réussi à soulager. Prendre un nouveau départ loin de tout ce qu’ils ont connu était la meilleure chose à faire, pour elle comme pour lui.

À cette vie presque chaotique, Thibault n’avait pas prévu d’ajouter sa rencontre avec Bruno.

Bruno et sa petite routine tranquille qu’on envierait presque. Bruno qui ne connait d’ailleurs rien des tourments de Thibault et qui ne voit de lui que ses airs de beau gosse, trop parfait pour qu’il ne s’en méfie pas.

Seulement l’amour, c’est comme les emmerdes. Ça n’arrive jamais au bon moment et ça peut tomber sur n’importe qui. Eux compris.

LES + : La plume + Les sujets. 
LES – : La dernière scène érotique.

MON AVIS : 4,5/5

Je remercie Mix Édition pour l’envoi de ce Service Presse ! Une auteure que j’aime énormément pour sa plume particulière donc je saute sur chacune de ses sorties ! 

Ne vous fiez pas au titre drôle et au résumé. Nous sommes avec Charly, donc vos émotions vont être mises à rude épreuve ! Rires, larmes, espoirs, attentes. Tout y passe pour notre plus grand plaisir. 

Thibault a déménagé avec sa mère pour effacer les blessures du passé. Un nouveau départ : nouveau travail, nouveaux voisins et nouveau crush. Mais rien n’est si simple. Sa mère est toujours un électron libre fragile, son crush a l’air de ne pas du tout l’aimer. Quand tout va basculer, il aura besoin d’épaule pour le soutenir. Et si les amours et emmerdes étaient liés ? 

Un roman où l’auteure nous montre que le jugement ne doit pas diriger notre vie. Beau, grand ou petit et gros, si l’attirance et l’attraction sont là, c’est que la personne voit au-delà du premier regard. Mais quand le passé est trop douloureux, pouvons-nous dépasser nos craintes ? 

Un titre rempli de réalisme autour de sujets forts comme le deuil, l’alcoolisme, les relations familiales, l’amitié. Mais aussi les relations abusives et les cons narcissiques. Un ensemble traité avec justesse comme à chaque fois avec cette auteure. Plonger dans cet univers, c’est partager la vie de Thibault, Bruno et les autres. 

En dehors des thèmes qui régissent la vie de nos héros, le point fort de ce roman est le lien entre les personnages. L’amitié, la famille, le travail. Un ensemble touchant et qui nous entraîne dans un cocon émotionnel fort.

Thibault est typiquement le beau gosse, mais il est tellement plus que ça et on s’en rend compte rapidement. Pourtant, il est parsemé de failles qui lui feront faire des pas en arrière pour notre plus grande frustration. Bruno est le cliché de l’ours grognon. Mais c’est une carapace pour ne plus briser son cœur. Il aura plein de choses à vous montrer ! Un personnage atypique et rempli de mystère. 

Mais aussi Astrid, touchante maman vivant dans sa bulle, ouverte et généreuse. Mélo et les colocataires, a part et pourtant plus vrai que n’importe qui d’autres. Juju est son franc parler. 

A part une scène, ce roman est un sans faute, il est juste. Il fait du bien malgré les sujets douloureux. Lire Charly est toujours un bon moment, mais cela se confirme de livres en livres. Une plume remarquable par ses mots et son style. Une lecture que je vous recommande fortement pour tellement de raisons ! Ne passez pas à côté de cette romance singulière et de cette amitié addictive. 

MOMENT FORT :

La dernière balade en forêt.

EXTRAIT :

“À moins qu’Astrid n’ait pas peur de mourir parce qu’elle n’y voit pas la fin de toute choses. Juste une étape vers… une autre vie. Ses chers disparus sont peut-être attablés dans un coin de son monde à elle.”


“Pour les beaux yeux tristes de ce gars trop bien pour lui, Bruno s’est transformé en un putain de chevalier blanc. Pire, une saloperie de paladin. Une belle connerie, oui.”


“- T’es venu, murmure Thibault. T’es venu…

Bruno le serre plus fort et le berce de son étreinte.

– Toujours pour toi, mon coeur. Toujours.”

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez d’autres livres du même thème!

Marshal & flic

Chronique littéraire